Fenêtre





La baie reste ouverte, jour et nuit
Les pouls pondérés battent, la nuque concentrée sur ses ellipses
Tout est doux. Tout est doux
Maintenu frais par l'insatiable curiosité qui déshabille le monde
Les comptes ont été faits, refaits par zèle
C'est là, on est arrivé

C'est là, cette absence d'impatience
La certitude que l'attente n'était qu'une esquisse
Il s'agissait de  profiler la matière du temps
Les phalanges serrées sur la tâche
Toujours frôlant le presque de l'idée

La baie pourtant reste ouverte, jour et nuit
Du fond des somnolences et des stupéfactions
Résonne encore et pour toujours sans doute
Le petit appel sans objet
La demande vaine et l'éclat qu'elle avait







Avril 2016

Principes












Jour après jour, j'enfoncerai le sommet de mon crâne
Au plus profond de la nudité
Jour après jour, mon ascèse
La vertu cinglante de l'exactitude
Dans l'océan des particules inutiles
Les déferlantes
Je garderai grand-ouverts les yeux sous leur sel
Quoi qu'il en coûte du doux-sucré
Le choix presque gaiement fatal est fait
De défier les illusions et de guetter, discrets
Les scintillements rares des axiomes
S'imposant comme le rythme des peurs sacrées
Le moteur bleu du doute
Rien ne sera jamais pénétrable
Des simulacres de l'Autre
Et de continuer à lui ouvrir les bras
Avec au fond de sa fuite
Le souhait d'entendre un appel
Jour après jour, de loin, j'écoute
Les bâillements de l'ennui sous l'écorce









Avril 2016
















L' endroit













Oh entends, entends ce que j'attends
Une quiétude que les mains aimables auront tissée
Autour de la répétition
L'arrivée au bercail des idées assagies
Laissant au monde sa bave et son envie
Un point d’atterrissage au cœur de l'essai
Mûri, mûri au long cours
Dans les soutes de ma  patience
Je sais cet abouti
De tant d'heures peut-être la fin
Résonnant depuis si longtemps
Au timbre de l'importance
Le dérisoire est ailleurs
Ici les vides sont faits, ici, seule la présence
De celui qui a vu en moi et encore me veut
Prise au fil de l'âge et amusée
J'y suis sans hésiter
Maintenant sans hésiter
Après avoir pesé l’évidence
Une entrave qui ne cèdera jamais à la morsure du temps
Qui me retient liée à mon vieux vœu sacré
La teneur incorruptible d'un tel attachement
L'unique. L'indomptable






Avril 2016