Poules politiques






Des branches alourdies par l'attente
Des vents arrogants
Un apprentissage difficile de la récolte
Et des mystères endormis dans l'humus
Des aubes rutilantes
Des aubes grotesques
Le silence

Le silence ému par les frottements
Par les ailes impatientes d'oiseaux rares
Le silence qui se déploie
Et celui qui s'écoute
Une étonnante ligne de renouveau
Disponible à qui veut s'oublier

Lâcher les bruits hystériques des mondes épuisés
Fermer la porte
Ne plus compter sur rien que le rythme précis des nuits
Tresser la politique entre les mains de celui qui m'attend
Pour envelopper les rêves de repli

Au matin, traverser la cour craquant de gel
Suivie par le bastion des poules
Innocentes, les poules, fidèles
Gallinacés en or qui aussi m'attendaient
Et dont je mesure les vies secrètes, avec ravissement





Mars 2016