Mains au noir








Quelques vagues, là-bas
Lignes croisées sur un horizon indéfinissable
J'ai appris à te lancer des mots en silence
Je te lance au loin des mots
Les mêmes qui
  Autour de ma taille flottaient comme une bouée


Contre les noyades renouvelées
J'entends leur chute dans ta mousse
Et puis j'attends
Le fil est tendu, le fil est dur
L'envie de le tenir entre les dents tenace
Je te mesure à l'aune de tes aveux


Ne pas laisser pousser 
Contre les échafaudages transatlantiques
Les liserons de l'anticipation
Laisse-moi m'évaluer
Laisse-moi rassurer mes secrets
L'histoire est exubérante
Ma mémoire saturée


Nous verrons
Nous nous verrons
Sans doute pour mieux nous adopter
Sans se reconnaître
 Condamnés pour toujours à l'étonnement
Entreprendre une nouvelle fois
Les prémisses des balbutiements






Février 2016